État du Japon

Bonjour à toutes et à tous !
(oui oui messieurs, je suis sûre que certains osent me lire ;) )

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un sujet qui me touche terriblement… Le Japon, et le tsunami ayant eu lieu il y a maintenant sept mois.

Cet été, le site internet Japoninfos.com recrutait des rédacteurs bénévoles, et pour les sélections, il fallait, entre autres, rédiger un dossier sur une actualité du Japon. Pour ma part, j'ai choisi de faire un résumé de la situation du pays depuis la catastrophe naturelle/nucléaire.
Sachant qu'il date de septembre, les informations ont donc un mois de retard, mais sont, je pense, toujours d'actualité pour la plupart.

Je vous laisse donc découvrir ce que vit le Japon et ses habitants depuis le désastre du 11 Mars, en espérant vous apprendre des choses, les médias occidentaux (et nippons), ne nous disant que très peu de choses.


Le Japon depuis le 11 Mars

Depuis le tremblement de terre suivi du tsunami au nord-est du Japon, provoquant l'explosion de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, le pays tente, difficilement, de se reconstruire.
Mise au point des conséquences et événements suite au 11 Mars 2011.

Presque six mois après le séisme de magnitude 9 -un des plus importants du monde- et le tsunami dévastant les côtes nord-est du pays, le Japon est toujours en état de crise, et le temps ne semble pas arranger les choses.

Quand le nucléaire dépasse l'homme.

Le séisme vécu par les Japonais le 11 Mars n'a pas vraiment, en lui-même, fait de gros dégâts, malgré sa très haute magnitude. C'est en effet le tsunami qu'il a entraîné qui est la cause des événements actuels.


Sendai, avant et après le tsunami du 11 Mars

La vague géante a détruit côtes, villages, habitations et même population -20 000 morts et disparus-, et a endommagé la centrale de Fukushima-Daiichi dirigée par la société TEPCO (Tokyo Electric Power Company). Celle-ci, déjà fragilisée par le tremblement de terre, a vu ses systèmes de refroidissement se détériorer, entraînant la fusion des réacteurs. L'événement est donc placé à la même échelle que l'accident nucléaire de Tchernobyl en 1986.


La ville de Minamisanriku en 2002

Minamisanriku après le tsunami

Suite à ces dégâts, la population japonaise a commencé à se méfier de l'industrie nucléaire.
Cependant, les personnes les plus exposées au risque nucléaire sont restées discrètes, et très peu de Japonais ont lancé le mouvement antinucléaire. Des estimations ont plafonné les dernières manifestations antinucléaires à moins de 20 000 personnes, malgré les résultats de sondages d'opinion montrant que la population japonaise va de plus en plus vers une position antinucléaire.


Source : Asahi Shimbun

La catastrophe nucléaire, mal gérée, a entraîné de nombreux dégâts et problèmes.
Des tests sur les enfants de trois municipalités voisines de Fukushima ont été réalisés deux semaines après le séisme. Les résultats ont montré que 45% des enfants présentaient des traces d'iode radioactif dans la glande thyroïde. Même si le niveau n'est pas alarmant, les risques de cancer sont tout de même augmentés.

La limite d'exposition aux radiations nucléaires des enfants des écoles a été augmentée, passant de 1 millisievert à 20 millisieverts, ce qui a provoqué des mécontentements et inquiétudes de la part des parents. Kazue Suzuki, responsable des activités antinucléaires de Greenpeace au Japon a déclaré à ce sujet qu'« Aucun parent ne devrait avoir à choisir entre l'exposition aux radiations nucléaires et l'éducation pour son enfant ».
Le gouvernement a affirmé qu'il abaisserait la limite d'exposition et aiderait les autorités locales à décontaminer les sols des cours d'écoles où le niveau de radioactivité dépasse celui autorisé. Greenpeace juge cette dernière mesure « lamentablement tardive et insuffisante » et dit avoir relevé des taux de radioactivité largement supérieurs à la limite autorisée par les normes internationales -7,9 microsieverts par heure contre normalement 0,11 microsieverts par heure-.​

​S'ajoute à cela la diminution des exportations liée à la radioactivité des produits japonais.
Environ 3 000 bœufs contaminés par la paille de riz radioactive ont été distribués dans tout le pays, entraînant l'interdiction de la vente des bovins originaires du nord-est du Japon.
D'autres produits contaminés sont interdits à la vente, comme du thé vert, du lait et des produits laitiers, des champignons, des légumes verts ou encore certains poissons de rivière.

De plus, les zones contaminées par l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima-Daiichi seront inhabitables et interdites durant des décennies, malgré la volonté du gouvernement à réduire de moitié le taux de radiation à Fukushima d'ici deux ans.

Un Japon endetté.

Le Japon possède depuis longtemps une dette publique élevée. Celle-ci représente plus de 200% du Produit Intérieur Brut (PIB) et s'élève à plus de 8 000 milliards d'euros. Cela fait de ce pays un des plus endettés du monde, tout en étant la troisième économie mondiale.

Pour expliquer cette dette, nous pouvons parler de la crise de 2008, ayant particulièrement touché le Japon. Cependant, après cette crise, l'économie commençait à se relancer et la croissance atteignait même en 2010 un taux de 4,3%.

La catastrophe nucléaire à Fukushima a freiné cette relance et la croissance a chuté de 0,9% au premier trimestre 2011, et de 0,3% au deuxième.
À cause des dégâts causés par les événements en cascade, la production industrielle et les exportations ont diminué. Ces dernières sont aussi menacées par la montée de la devise japonaise, ce qui n'arrange pas la situation du pays.
À cela s'ajoute la reconstruction des régions dévastées par le tsunami, s'élevant à plusieurs dizaines de milliards d'euros.

Une autre cause à cette dette est l'insuffisance démographique : la population décroît et le nombre de personnes âgées ne cesse d'augmenter. Ainsi, la part des dépenses sociales, de santé et de retraite dans l'économie est de plus en plus conséquente.


Yoshihiko Noda

Yoshihiko Noda, Premier ministre.

​Après la démission de Naoto Kan le 26 Août, Yoshihiko Noda (PDJ – Parti Démocrate du Japon) a été élu le 30 Août avec 215 voix sur les 392 exprimées par les parlementaires du PDJ (contre 177 suffrages pour Banri Kaieda, ministre de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie).

Ce nouveau Premier ministre -le sixième en cinq ans- devra redresser le Japon, notamment en relançant l'économie du pays, reconstruisant les régions dévastées par les événements du 11 Mars, mettant un terme à la crise nucléaire ainsi qu'en stoppant la hausse du yen.

M. Noda, lucide sur la situation actuelle de son pays, résume facilement cette dernière : « Nous sommes dans une situation de crise nationale, il faut régler l’accident nucléaire, assurer la reconstruction et faire face à une crise économique grave ».
Il dénonce même la faiblesse des dirigeants Japonais : « Les crises sont des périodes censées faire apparaître des meneurs: hélas, jusqu'à présent, au Japon, cela n'a pas été le cas. La plupart du temps, le pays a été dirigé par des faibles », a-t-il écrit sur son site internet. Il ajoute que « ce n’est pas seulement un problème d’individu, mais c’est aussi celui du système politique japonais ».

Yoshihiko Noda a déjà commencé la lourde tâche de relever son pays en crise. En effet, il a dernièrement lancé des interventions sur le marché des changes afin d'essayer de diminuer l'importante hausse du yen.
En ce qui concerne la dette publique du Japon -équivalant à deux fois son PIB-, le Premier ministre parle de la réduire grâce à des réformes fiscales et une politique budgétaire stricte.
Il y a encore quelques semaines, M. Noda soutenait l'idée d'élever plusieurs impôts afin de financer la reconstruction des régions touchées par le tsunami du 11 Mars dernier.
Cette dernière proposition semble très peu appréciée et divise la classe politique japonaise.
Enfin, le Premier ministre est pour la réduction de la dépendance au nucléaire, mais il a tout de même précisé qu'il ne souhaitait pas que le Japon soit totalement dépourvu d'énergie nucléaire.

 

Sources : AFP, Reuters.
Crédits photos : Google Earth, AFP.


Voilà ! J'espère que cet article vous aura intéressés. Il est certes beaucoup plus compact que ce que j'ai pu faire sur mon blog, mais le sujet n'est pas le même et ce petit dossier a été rédigé professionnellement.

Vers la mi-septembre, Japon-infos m'a recontactée, pour me dire que si j'étais toujours intéressée pour bosser avec eux, c'était oui. :)
Après une petite formation (qui durera encore un petit bout de temps, car il y a toujours à apprendre), j'ai écrit mon premier petit article sur le site internet ! =D Il a été publié cet après-midi, et même s'il n'est pas très grand (ce n'est qu'une news après tout), j'en suis fière !! ^^

Je vous souhaite un bon après-midi, ou une bonne soirée ! Il est temps pour moi de réviser mon japonais puis d'aller en cours (oui, la fac aime qu'on aille en cours seulement de 17h30 à 19h30…).

4 commentaires sur “État du Japon

  1. Bérangère

    Bravo pour ton article sur Japon.infos !!
    Quand le tsunami a eu lieu, j'étais avec mon mari en Thaïlande et le frère de mon mari était à Tokyo. Il était parti depuis octobre 2010 pour 1 an en working holiday mais du coup, il a dû rentrer en France à cause de la menace nucléaire. Il a ramené sa copine japonaise mais depuis, elle a dû repartir car elle n'avait qu'un visa de 3 mois … Dur dur !!
    Le frère de mon homme, passionné lui aussi du japon a appris le japonais tout seul, juste par le biais du net et en matant des manga et en lisant … Ca lui a pris des années pour réaliser ce rêve, gâché par le tsunami …
     

    Répondre
    1. erysfoly Auteur de l’article

      Il aurait pu rester, quitte à aller vivre ailleurs dans le pays. :)
      Sa copine ne pouvait pas essayer de trouver un travail ? (et donc faire des démarches pour un visa plus long ? )
      Impressionnant d’apprendre le japonais seul ! :D Il était vraiment motivé ! (moi j’avoue ne pas réussir seule… )
      Son rêve a été gâché à ce moment-là, oui, mais ce n’est pas irréalisable, donc son rêve peut se concrétiser une deuxième fois ! ;)

    1. erysfoly Auteur de l’article

      Merci beaucoup !! =D
      Oui je suis fière ! ^^ Là je vais m’attaquer à deux plus gros articles (pas juste de petites news d’une centaine de mots à peine) ! *o*

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une étoile (*).

XD 
O_o 
:cool: 
@_@ 
:cry: 
:down: 
:eek: 
:angel: 
:!: 
:halo: 
:love: 
:oops: 
:kiss: 
:D 
:mad: 
:money: 
:mrgreen: 
:X 
:nyuu: 
:pirate: 
:bad: 
:p 
:$ 
:roll: 
:( 
^^ 
:star: 
:surprised: 
:up: 
:angry: 
:wink: 
X)